Le lâcher prise
Véronique
Véronique

Créatrice de L'épanouissante et passionnée de développement personnel

C’est quoi le lâcher-prise ?

On entend beaucoup parler du lâcher prise dans le développement personnel, de quoi s’agit-il ?

Lorsque j’étais plus jeune on disait « lâche l’affaire » ou « laisse tomber », des expressions plus familières mais peut-être une peu plus claires…

Le lâcher prise qu’est-ce que c’est ?

Lâcher prise est une expression qui signifie arrêter de vouloir tout maîtriser, tout contrôler. Arrêter de toujours vouloir avoir le dernier mot ou avoir raison. Arrêter de chercher ou d’entretenir des conflits…

C’est aussi synonyme de détachement, laisser couler la vie, sans faire barrage, accueillir ce qui est !

Jean de La Fontaine aurait été l’un des premiers à utiliser le terme dans « La fiancée du roi de garde » : dans le texte on trouve : « La mort fit lâcher prise au géant pourfendu ». Mais le sens qui y est donné n’est pas celui dont je vous parle dans cet article.

Le lâcher prise est évoqué en 1940, dans la traduction en français d’une publication intitulée Essais sur le Bouddhisme Zen, séries II, de D.T. Suzuki :

« Si vous voulez arriver à la vérité non adultérée du non-égotisme, vous devez une fois pour toutes lâcher prise et tomber dans le précipice, d’où vous vous relèverez nouvellement éveillé et en pleine possession de vos quatre vertus d’éternité, de félicité, de liberté et de pureté qui appartiennent au moi réel. »
Ce serait un des traducteurs, René Daumal qui serait le père de l’expression « lâcher-prise ».

Pourquoi quoi faire ?

Le lâcher prise est autant mis en valeur dans le développement personnel, parce que l’adopter comme mode de vie est gage de sérénité et d’épanouissement.

Beaucoup de nos souffrances et de nos problèmes, proviennent de nos attachements, de nos identifications, de notre besoin de posséder, de conquérir, de dominer ou encore d’avoir plus de pouvoir.

Lâcher prise c’est se libérer de cela, afin de s’abandonner à la vie, avec confiance.

Cheminer vers cet art de vivre est essentiel au bonheur, parce que cela nous permet de voir la vie de façon positive ou au pire neutre. Une fois que l’on a pris conscience de se qui se cache derrière nos comportements, nous pouvons décider de changer et de modifier nos pensées et nos comportements.

lâcher prise

Qui nous en empêche ?

C’est notre ego !

L’ego c’est l’idée que l’on se fait de qui l’on est.

C’est le côté négatif de notre personnalité, néanmoins il est parfois utile.

Malheureusement il à l’origine de la plupart de nos problèmes, l’ego n’aime pas lâcher prise, il nous pousse à agir et à parler de façon à satisfaire ses besoins :

  • De posséder toujours plus
  • D’avoir raison
  • D’avoir le contrôle
  • De dominer
  • D’être spécial
  • De se distinguer
  • D’opposition, de dualité
  • D’avoir des ennemis
  • De conflits…

Lorsque que l’ego est trop présent et que l’on s’identifie aux objets, à nos pensées ou encore à nos émotions, nous créons un attachement obsessionnel à ceux-ci.

L’ego se construit au fur et à mesure de notre vie. Notre famille, nos amis, tout notre entourage, notre culture, etc… Participent à la construction de notre égo. Ainsi que les systèmes de défense et de survie mis en place par notre cerveau à la suite de blessures et/ou traumatismes.

Comment lâcher prise ?

Voici quelques pistes :

  • Commencer par mieux se connaître. L’épanouissante box vous donne des outils pour cela, l’offre découverte est gratuite cliquez ici.Le lâcher prise
  • Stopper toutes les identifications (aux objets, aux pensées, aux émotions…)
  • Acceptation de ce qui, de ce que nous ne pouvons pas changer
  • Retrouver son enfant intérieur insouciant
  • Se concentrer sur sa respiration
  • Pratiquer la Cohérence Cardiaque
  • La méditation
  • Le Yoga
  • Rire
  • Danser
  • Chanter
  • Faire du théâtre…
  • La psychologie positive

Si vous êtes dans le contrôle et que vous souhaitez désormais lâcher prise, cela implique un changement.

Si la colère est souvent présente en vous, alors que votre intégrité n’est pas menacée, une des premières choses à faire et d’identifier le miroir qui se joue.

La plupart du temps, lorsque l’on est réactif, c’est qu’une part de nous-même a été touchée par la situation vécue. Quand il y a résonnance par rapport à une expérience vécue, consciente ou inconsciente, notre part d’ombre réagie et la colère, ou autre émotion désagréable, se manifeste.

Il est donc intéressant de chercher à éclairer notre part d’ombre, qui contient nos refoulements. Nous pouvons la personnaliser et s’en faire une amie.

La première étape est donc de prendre conscience que cette réaction, parfois violente, nous parle d’abord de nous. C’est prendre l’entière responsabilité de ce que nous ressentons, nous cessons alors d’accuser les autres ou les circonstances, nous devenons adulte !

Ensuite, il existe de nombreux outils de communication et de gestion émotionnelle, qui peuvent aider à lâcher prise.

Je vous propose un exercice de cohérence cardiaque, à mettre en place dès que la colère, ou autre émotion désagréable, se présente, en attendant de s’auto-analyser !

Cohérence Cardiaque

La pratique de la cohérence cardiaque permet de se calmer très rapidement. Le système nerveux autonome revient à l’équilibre, le cœur ralenti, la digestion s’améliore et c’est un bon moyen de se concentrer et de se connecter à soi.

  1. Installez-vous dans l’espace de votre coeur (portez votre attention dans votre poitrine)
  2. Commencez à respirer en déployant votre cage thoracique à chaque inspir, et en la laissant reprendre sa taille habituelle sur l’expir
  3. Ralentissez votre respiration jusqu’à arriver à des inspirations qui durent 5 secondes et à des expirations également de 5 secondes
  4. Pendant que vous faites cela vous pouvez regarder une photo de quelqu’un ou de quelque chose qui vous fait vous sentir merveilleusement bien

Il s’agit d’un entrainement. Je vous invite à pratiquer régulièrement, afin que la capacité de ramener le système nerveux autonome à l’équilibre et de se calmer rapidement, deviennent des compétences inconscientes et se mettent en place de façon automatique.

Le bon rythme est : minimum 3 fois par jour, 6 respirations (inspir + expir) par minute, pendant 5 minutes.

C’est la méthode 365 du Dr David O’Hare.

Enfin, demandez-vous si, la situation inconfortable que vous vivez, aura autant d’importance dans 2 jours ? Dans une semaine ? Dans un mois ? Après 6 mois ? Au bout d’un an ?

Si rapidement la réponse est non ! Alors à quoi bon s’attaché à cette situation…

Je vous souhaite que Lâcher prise devienne un véritablement jeu d’enfant pour vous. Vous pourrez ainsi « laisser couler » et vivre une vie plus sereine.

 

 

 

Partager cet article

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on print
Share on email